Année 2016

Mis à jour : 2 août 2018

DECEMBRE 2016

Rachel et Delphine à Muringa Farm

Séjour agréable, au calme, dans un environnement propice à la découverte de nouveautés.

Ici, vie animale et vie intérieure se conjuguent au passé comme au présent. Une approche différente de notre monde, entre 11 et 33, permet une remise en question du chemin de vie de chacun.

Nous repartirons la mémoire pleine d’images d’oiseaux exotiques, de colobes et de pimbinous ; les batteries gonflées d’une énergie nouvelle.


Nouvelle espèce d’oiseau : le Drogon commun

Le cadre paisible de Muringa Farm, en harmonie avec la nature, nous a permis de se reconnecter à soi-même et de découvrir une nouvelle approche relationnelle avec les animaux.

La recherche de l’alignement adéquat pour parcourir notre chemin de vie nous a aidé à franchir le pas vers nos vies antérieures. De nouvelles perspectives s’ouvrent à nous.


JEUDI 20 OCTOBRE 2016

Les Ainécowttam à Muringa Farm: 7 Scouts racontent leur séjour (Juillet-Août 2016)

Les Ainécottam, groupe de Scouts français (17 à 26 ans): Cyrielle, Juliette, Titouan, Zacharie, Félix, Bastien, Timothée:

Quel beau séjour nous avons passé à Muringa Farm !!Les lieux, très verdoyants et riches d’une faune et d’une flore exceptionnelle, sont magnifiques, reposants et ressourçants. C’est dans ce cadre splendide que nous avons pu ainsi effectuer notre projet de solidarité, basé sur l’eco-volontariat et le tourisme solidaire, tout en étant proche de la nature et du mode de vie kenyan.

Les bandas, très belles et confortables, sont construites dans les traditions kalenjin, donnant ainsi encore plus de beauté et d’authenticité au paysage. Nous avons pu parfois rencontrer quelques soucis au niveau des logements, (quelques fuites, une batterie solaire à gérer afin d’éviter qu’elle ne s’épuise trop vite…), mais ceci fait partie des aléas du voyage (comme dans tout voyage =)) ! Erick et Astrid ont d’ailleurs toujours été présents afin de régler les petits soucis du quotidien et de rendre notre séjour le plus confortable possible.

Le staff, très accueillant, nous permet de créer un véritable contact où s’en suit un échange très riche. Ceux-ci sont toujours présents pour nous et nous accompagnent tout au long de notre séjour. Nous regrettons juste de ne pas avoir pu passer plus de temps hors programme avec eux, comme partager des repas ou des soirées traditionnelles. De plus, la cuisine de Caroline est excellente, mais nous aurions aimé pouvoir goûter plus de plats traditionnels et un peu moins végétarien (les garçons étant de gros carnivores, ceux-ci étaient un peu en manque de viande =) ) !

Le programme est très bien construit (travail le matin et activité/ repos l’après-midi), et les modifications sont facilement possibles grâce à la fine écoute d’Astrid et Erick face à nos attentes et nos envies. Les activités proposées sont d’ailleurs très intéressantes car elles nous permettent de sortir des chemins du tourisme habituel, d’être au côté de la population locale, et donc de mieux connaitre le pays et la région.

Les travaux effectués sont orientés sur la ferme et le bien-être des animaux. Certaines tâches ont d’ailleurs été particulièrement préférées comme : aide à la restauration de la chaux des maisons et des toits des bandas (dans la pure tradition kenyane), aide au traitement des vaches et aux tâches de la ferme, participation à l’élaboration du biogaz… Toutefois, nous aurions bien aimé avoir plus d’actions en lien avec les animaux et d’actions éco-volontaires orientées sur les problématiques environnementales du Kenya, comme : sensibilisation de la population/des écoles sur les difficultés environnementales actuelles, actions de ramassage de déchets dans les environs de la ferme…(NDLR: il ne faut pas attendre le dernier jour pour le dire!!! Nos programmes sont flexibles et modulables... :) ).

Astrid et Erick, conviviaux et très arrangeants, nous ont beaucoup aidés durant notre séjour.  Nous les remercions grandement d’avoir pu rendre concret notre projet au Kenya, qui fut une aventure unique, enrichissante et merveilleuse ! Asante sana  =) !! 

JEUDI 20 OCTOBRE 2016

Nos écovolontaires Pauline, Claire, Laura et Patricia racontent leur expérience à Muringa Farm (Mars à Juillet 2016):

Patricia, française, conseillère commerce, 32 ans

Je viens de passer tout le mois de Juillet à Muringa Farm…

Présentation de Muringa Farm

Muringa Farm s’étend sur 10 hectares et accueille de nombreux animaux : chevaux, moutons, chiens, chat, singes, damans, oiseaux, vaches, etc.Le lieu est diversifié et apaisant. Un vrai paradis visuel!!Dans un cadre pareil, on ne peut que se sentir bien.Les différentes lumières de la journée sont superbes.Le restaurant, situé au bord du lac, offre une vue très agréable … et la cuisine de Caroline est succulente.

Présentation des activités

Le matin, je travaillais avec le staff à la ferme. Nous avons effectué différentes activités : poncer et vernir les chaises, désherber, repeindre le restaurant, entretenir les abords des bandas, nettoyer les enclos pour les animaux, etc.L’après-midi, diverses activités étaient prévues : visite de Subukia, trekking à proximité, visite des enfants à l’école, recensement des oiseaux et des singes avec Edwin à la ferme, fabrication d’harnais, etc.J’ai vraiment adoré travailler à la ferme, avec le staff.J’adorais également l’ambiance aux alentours de la ferme.J’essayais, quand je le pouvais, de courir un peu avant la tombée de la nuit (vers 18h00) et je trouvais le parcours magnifique.

Staff

J’ai passé une grande partie de mon temps avec le Staff : Sam pour les harnais, pour la réparation de la toiture du restaurant et pour la peinture, Vincent et Joseph pour les balades avec les chevaux, et Edwin pour presque tout le reste (qui a contribué grandement à rendre ce séjour génial). Tous ces instants furent pour moi des moments privilégiés. Avant de partir, j’étais un peu inquiète concernant la barrière de la langue (mon niveau d’Anglais est en dessous de la moyenne française, c’est vous dire !!), mais ils prennent vraiment le temps pour discuter et expliquer. La différence de langue est devenue au fil des jours un vrai plaisir et source de nombreux fous rires !Ce séjour fut également l’occasion d’apprendre quelques mots en Swahili.

J’ai vraiment passé un mois formidable à Muringa Farm, sur tous les points de vue.Humainement : j’ai passé de très bons moments avec le staff. Astrid et Eric sont étonnants et attachants, ils ont toujours une petite histoire à raconter. Au niveau faune et flore : la ferme est vraiment superbe…Je voulais, tous les midis faire une petite sieste/lecture, mais je finissais par être subjuguée par un papillon tournant autour d’une vache, un singe sautant d’une branche à l’autre, un oiseau déployant ses fabuleuses ailes rouges…Le « petit » plus, j’ai eu le privilège de faire un safari à Masai Mara…bienvenue dans le Roi Lion !

Avant de partir, j’avais deux principales craintes :1°) l’ennui : je partais toute seule et il n’y avait pas d’autres éco-volontaires pendant la 1ère partie de mon séjour. J’avais donc peur de trouver le temps long, notamment le soir. Finalement, je ne me suis aucunement ennuyée et j’avais le privilège de pouvoir échanger pleinement avec tout le monde2°) le temps : lorsque je regardais la météo depuis la France, il annonçait de la pluie presque tous les jours…et je venais de passer des mois de mai/juin vraiment pas terribles sur Paris. En effet, il y avait parfois de la pluie, mais cela était de courte durée et contribuait à offrir de jolies couleurs !! Merci à tous pour ce fabuleux mois…

Laura, suisse, bachelor en lettres, 25 ans: Dès mon arrivée au Kenya, j’ai tout de suite sentie que j’allais me plaire dans ce pays. La route menant de Nairobi à Subukia, offrait un paysage verdoyant et magnifique. Après trois heures de trajet, me voilà enfin arrivée à Muringa Farm, où j’ai été accueillie chaleureusement par les directeurs et par le staff. En faisant le tour du propriétaire, je me rends compte que le terrain est vaste et donc que les activités ne vont pas manquer ! 

Je suis enchantée par l’endroit : des arbres à profusion, des oiseaux de toute part ainsi que tous les animaux de la ferme qui se ballade à leur gré. Quel bonheur ! Les bandas sont plutôt confortables, je me réjouis donc très vite de ces trois semaines à venir. Petit à petit, au fil des activités, je rencontre les membres du staff, tous souriants et plein d’humour, on ne s’ennuie jamais et il est très intéressant de pouvoir parler avec chacun d’entre eux afin de mieux connaitre leur culture et leur façon de pensée. Les activités que j’ai pu avoir durant ce séjour m’ont comblées à chaque instant. La preuve je n’ai pas vu passée le temps et voilà que je dois déjà repartir. Ce qui m’a énormément plus c’est que le programme des éco volontaires est riche et varié, aucun jour ne se ressemble. J’ai autant apprécié les travaux à la ferme (nettoyer les habitats des animaux, jardinage, laver les chiens, aller sur le lac avec la barque  pour enlever les feuilles mortes, afin de le rendre plus propre etc.) que les sorties à l’extérieur.  Ces sorties ont été très enrichissantes. 

La visite des écoliers a été un pur moment de joie et de partage autant avec les enfants qu’avec l’institutrice. Les jeux, les discussions et l’apport de la collation ont tous trois été des instants magiques qui donnent du baume au cœur, les sourires échangés lors de ces différentes matinées n’ont pas de prix. Les visites de la région telles que les trekkings ou visites des villages aux alentours, m’ont beaucoup plu.  En plus de découvrir les magnifiques points de vue de la vallée, ces ballades permettent de rencontrer la population locale car la majorité des habitants sont ouverts à la discussion et s’arrêtent volontiers pour échanger avec les muzungus. J’ai aussi eu l’occasion de pouvoir aller manger chez l’un des membres du staff, cette journée est pleine de bons souvenirs car cela a été l’occasion de pouvoir se rendre compte de la manière dont vit un local au Kenya. Rencontrer la famille, visiter son lieu d’habitation, manger avec eux etc.

Les marches avec les chevaux (pour ma part c’était avec Ouragan et Typhon) plusieurs fois par semaine étaient elles aussi une activité très agréable. En plus de se promener autour du village, nous nous occupons d’eux en douceur. J’ai toujours attendu avec beaucoup d’impatience cette rencontre.J’ai trouvé que l’idée de mettre des « cours » (j’écris entre guillemets car ces cours ne sont pas strictes, c’est détendu) de Swahili, de cuisine et des ethnies du Kenya, est très bien pensée et nécessaire. Cela m’a apporté du savoir supplémentaire et des discussions passionnantes.

Astrid et Erick sont eux aussi des personnes très sympathiques avec qui il est facile d’avoir des sujets de conversations. Ils connaissent plein de choses à propos de la nature et des animaux, sujets qui me passionnent également donc les échanges ont été très intéressants. Ils sont aussi disposés à prêter des bouquins, cela permet de s’ouvrir à d’autres horizons. Malheureusement, je n’ai pas eu le temps de passer beaucoup de temps avec Astrid, car elle a dû aller en France pour donner ses ateliers, après ma première semaine. Avant de partir, elle a pris le temps de me parler de sa philosophie concernant les animaux et particulièrement celle qui concerne les chevaux. Ce sujet était captivant car j’ai senti le dévouement et l’intérêt qu’elle consacre à cette passion. La vision qu’elle a de l’animale et de sa liberté (de mouvement, de penser, de ressentir etc.) correspond tout à fait ce que je pense et que trop peu de gens ne comprennent encore. Cela fait beaucoup de bien de rencontrer des personnes telles qu’Astrid et Erick, qui prennent du temps pour que le bien-être des animaux soit reconnu. En tout cas à Muringa Farm, on sent que les animaux sont heureux de vivre.

Durant ce séjour, je me suis sentie utile lorsque j’ai été rendre visite aux enfants de l’école, car ces moments de partage sont uniques, chacun donne de sa personne pour faire sourire les autres. L’activité avec Samweal qui consiste à fabriquer des harnais pour les ânes, dont le but est qu’ils ne blessent pas ces derniers lorsqu’ils portent des charges, est une superbe idée qui peut vraiment apporter du bon à long terme. De plus, une fois que tu apprends à le faire et que tu as finis de le confectionner, tu vas dans le village le donner à un paysan et tu lui expliques son utilité afin qu’il puisse contribuer au meilleur traitement des ânes. J’ai trouvé cette expérience plein de bon sens car il est important d’informer et d’instruire la population que cela concerne le bon traitement des animaux ou la précaution de l’environnement.

Puis lors de ma dernière semaine, nous avons sauvé un oisillon tombé du nid, nous en avons pris soin afin qu’il puisse survivre, tout en le laissant dans son milieu naturel pour que ses parents puissent le nourrir. C’était très chouette de pouvoir suivre l’évolution de ce petit oiseau.

Enfin, Je n’ai pas vraiment de suggestions particulières à faire car ce séjour m’a plus en tout point. Le seul bémol pour ma part, est qui si nous ne sommes pas solitaires, les soirées peuvent être un peu longues. Mais évidemment tout dépend du caractère de chacun. Cela peut très bien convenir pour celui qui veut du calme et de la sérénité. J’avais assez de lectures pour m’occuper quand même. Mais peut-être que quelques activités nocturnes pourraient voir le jour, éventuellement. Pour terminer, je dirai que ces trois semaines chez Astrid et Erick m’ont ravi ! Un lot de nouvelles expériences, de partage, de culture, de bien-être et une communion avec la nature et les animaux. Tout simplement merci pour cette aventure, je souhaite à tous les amoureux de l’environnement de pouvoir vivre cette aventure magique. Pauline, française, 22 ans, BTS sanitaire et social et Claire, française, 20 ans, étudiante en médecine:

Très belle propriété, nous sommes situés à côté du village de Subukia ce qui nous permet de découvrir la vie locale et les différentes cultures.Beaucoup d’animaux dans la ferme, nous pouvons nous familiarisé avec eux et apprendre à les connaître.

L’équipe est très accueillante et à l’écoute. Cela nous permet de découvrir les différents tributs et le différent mode de vie.Les activités sont intéressantes, nous pouvons découvrir les alentours avec différents trekkings, être en contact avec la population en allant à l’école, et faire des activités avec les chevaux.

Ce que nous avons accompli en tant qu’éco-volontaires :

- Nous avons ramassé des déchets afin de sensibiliser la population

- Fabrication de harnais pour les ânes et distribution aux habitants

- Aide à la maintenance de la ferme : réparation de clôtures, du horse shelter, gardening…

- Visite aux enfants et sensibilisation à la protection de l’environnement à l’aide d’affiches

Suggestion : Essayer d’élargir l’éco-volontariat en dehors de la ferme, par exemple en continuant à ramasser les déchets, faire plus d’interventions dans les écoles. 


LUNDI 16 MAI 2016

Commentaires d'Elodie, Isabelle et Auréline (écovolontaires à Muringa Farm entre Décembre 2015 et Avril 2016):

Auréline, étudiante française, 19 ans :

Mon séjour à Muringa Farm fût riche de découvertes et d'émerveillement.Une atmosphère magique accompagnait toutes mes journées dans cet environnement si vivant, si apaisant... Le stress de la ville est loin de nous, c'est l'idéal pour se recentrer et s'épanouir pleinement!Au départ j'avais choisi de venir à Muringa Farm simplement parce que je voulais faire un voyage écovolontaire, autrement dit voyager en agissant pour l'environnement, pour la nature et les animaux, mais finalement cette aventure s'est avérée être bien plus qu'une "simple" mission écovolontaire, j'y ai appris une infinité de choses que je n'aurais pas pu apprendre en France et y ai découvert plein de choses dont je ne soupçonnais même pas l'existence. Bref, j'ai pu y vivre tout un tas d'expériences formidables. Le cadre de vie est paradisiaque, les journées sont rythmées par les divers sons de la nature et les nuits, on y est bercés par la douce mélodie des animaux nocturnes.On y retrouve le contact et le lien avec la nature, travailler là-bas fût un réel plaisir, même si cela était parfois un peu dur en particulier lors des grosses chaleurs, mais bon... il suffisait de lever les yeux et d'admirer le paysage et un élan de motivation me regagnait aussitôt!

J'ai trouvé la population du Kenya très accueillante, très humaine et solidaire. Les enfants y ont une soif d'apprendre et une grande motivation à aller à l'école, il ne reste plus qu'à leur donner les bonnes informations, c'est là que les écovolontaires ont beaucoup de travail! J'y ai semé ma graine d'espoir, j'espère que les prochains écovolontaires perpétueront le grand travail d'éducation à l'écologie qu'il y à faire au Kenya car malheureusement, l'Etat ne semble guère se soucier de cela pour le moment... Le Kenya a une telle richesse naturelle, il faut absolument la préserver et faire évoluer les croyances sur la bonne voie avant que cela ne soit trop tard.

Mon aventure kenyane est gravée en moi et j'en ai tiré énormément de positif!C'était mon premier voyage en terres inconnues, j'appréhendais un peu cela mais maintenant, l'Afrique ne me fait plus du tout peur, mes croyances anciennes concernant les risques sanitaires et sécuritaires sont bien loin derrière moi... nuls soucis à se faire, le Kenya est un pays des plus accueillants et chaleureux!

A Muringa Farm les bandas sont très agréables à vivre, très confortables, on y a juste ce qu'il faut, la journée elles conservent la fraîcheur et la nuit la chaleur, lorsqu'il pleut on n'entend à peine la pluie tomber, elles sont au milieu de la nature mais on s'y sent en sécurité, depuis la fenêtre on peut parfois observer les singes, les oiseaux, les chevaux,... que du bonheur! Et puis que dire des repas au bord du lac... depuis le restaurant on peut observer le balai aérien des différents oiseaux, notamment des oiseaux pêcheurs, qui revêtent toutes les couleurs de l'arc-en-ciel. Je redoutais un peu les moustiques, mais finalement je n'en ai pas vu beaucoup, je n'ai pas été embêtée par ceux-là, même sans spray anti-moustique ou quelque autre protection onéreuse.

Au sein même de la propriété, j'ai pu profiter des petits chemins de balade dans la forêt, y rencontrant parfois des animaux sauvages, et tout au long desquels les sens sont éveillés par les senteurs des fleurs, des écorces et des plantes, par le chant du vent, des oiseaux et des singes et par toute la beauté de la nature!En résumé : Que de merveilleuses expériences à Muringa Farm!" Isabelle, directrice en marketing, française, 31 ans: Aujourd’hui s’achève mon séjour au Kenya. La tête pleine d’images, de souvenirs, d’instants de partages et d’expériences humaines.Après 3 semaines passées à Muringa Farm en compagnie d’Astrid et Erick. 3 semaines passées trop vite… 3 semaines enrichissantes, pleines de découvertes sur la nature, le pays et moi-même.

J’avais choisi de venir ici à la base pour voir Simba. Un rêve de gosse.  A peine sortie de l’avion, nous voilà en route pour le Masaï Mara pour 3 jours de safari. Je rencontre une autre éco volontaire Elodie, qui finit, elle son séjour au Kenya.Avec notre super guide Korrir, nous avons vécu un safari mémorable. Nous avons vu des éléphants, plein de bébés éléphanteaux, des gazelles de toutes sortes, des guépards dans les herbes, des gnous, des zèbres, des girafes en train de manger de l’acacia, une famille de pumba avec leur queue en hélicoptère et surtout des lions ! Plein de bébés Simba avec leurs mères en train de faire farniente sur des rochers. J’étais comme une enfant en ouvrant ses cadeaux de Noël !!! 

Nous avons également visité un village Maasaï. J’ai ainsi découvert cette ethnie et leur culture. Nous avons même sympathisé avec le chef Maasaï qui nous a ensuite accompagnés en safari. Nous étions fières avec Elodie et notre chef dans le 4x4 dans le Maasaï Mara. Encore une expérience improbable et surtout mémorable !

Je remercie grandement Korir pour sa gentillesse et nous avoir fait découvrir la savane, les animaux et les paysages magnifiques du Maasaï Mara.Ensuite direction Subukia et Muringa Farm. Astrid et Erick m’ont tout de suite accueilli. J’ai rencontré le staff et découvert la ferme, les animaux et le village de Subukia.Mon passage à Subukia et Muringa Farm fut une expérience inoubliable, pleine de sourires, de « how are you ? » des enfants croisés au village, d’échanges touchants avec les enfants du camp de réfugiés, des moments de partages avec les locaux et un staff toujours accueillant et bienveillant.C’était ma première fois en Afrique et en éco-volontariat. J’avais besoin de couper avec mon quotidien parisien. J’ai pu découvrir un endroit calme, au milieu des montagnes volcaniques du Kenya, une verdure incroyable, des paysages merveilleux sans fin, sans limite. Je remercie vraiment Astrid et Erick, un couple merveilleux à qui je souhaite beaucoup de joie et de bonheur.

Cette aventure m’a permis de renouer avec la nature, grâce à Edwin, notre guide à Muringa Farm, j’ai appris à prendre le temps d’observer ce qui nous entoure, les animaux, le chant des oiseaux, les singes, les damans des arbres, la végétation… Tous ces êtres vivants avec qui nous partageons le même environnement.  On apprend à se connaître, à se côtoyer, à s’observer. Je remercie Edwin pour sa patience et pour m’avoir fait partager sa passion pour les oiseaux. Pour être honnête avant de venir ici, un oiseau était un oiseau. Je n’y portais pas beaucoup d’attention. Après notre première journée d’observation des oiseaux ensemble, je me suis surprise à les chercher, à les observer, à les regarder. Je suis certaine qu’à mon retour en France, maintenant, je vais continuer à écouter les chants des oiseaux et à les observer. Un moyen aussi de rester connectée avec la nature où que nous soyons quoique nous fassions.Un mot aussi pour Samwuel et Edwin qui m’ont toujours aidé lors de nos expéditions à pieds. Je me rappellerai toujours après ces montées difficiles pour moi, les beautés des paysages et surtout cette impression d’être vraiment dans l’instant présent. De regarder, d’en haut, cette nature, ces champs, ces villages, la vie…

Se sentir minuscule dans cette immensité kenyane, berceau de l’humanité. Apprécier le silence. Le vrai. N’entendre que le vent et les oiseaux. Regarder des hippopotames rester dans leur étang en attendant la nuit. Se sentir un témoin privilégié de ces instants.Une pensée aussi pour Harriet, la maîtresse des enfants du camp de réfugiés qui fait un travail formidable avec ces enfants en leur apprenant la langue locale : le swahili. Quelle chance d’assister à leurs premiers apprentissages des lettres, des mots et des chiffres. Elle donne les bases à ces enfants. Grâce à elle, ils deviendront quelqu’un.

Un grand merci aussi à notre chef, Caroline, sa cuisine délicieuse. Que dire de ces pancakes du matin? Ils me manqueront ;)Grâce à Astrid, j’ai appris une autre façon de voir le rapport avec les chevaux, plus en accord avec ce que je recherche avec ma jument : la zooanthropologie équine. Ici, on s’intéresse vraiment au bien-être des animaux et donc des chevaux. On les comprend, on prend le temps. Je remercie grandement Astrid pour la communication qu’elle a faite avec ma jument. J’ai été très émue par sa transcription. Je suis sûre que ce que j’ai appris à Muringa Farm me servira pour développer ma relation avec ma jument. Je me souviens aussi des balades à cheval avec les deux frères noirs. Une manière différente de découvrir les chevaux et les paysages du Kenya. Je remercie Vincent et Joseph pour leur calme et leur attention avec les chevaux. Je garderai en mémoire les balades avec Ouragan dans les alentours de la ferme. Des moments privilégiés avec le cheval.

Mon nouvel ami, le grand mâle Blue Monkey va me manquer. Je l’ai croisé chaque matin à côté de ma bandas. On se regardait. Des instants merveilleux que je garderai toujours dans ma mémoire.Ce fut vraiment une expérience enrichissante pour moi sur bien des niveaux. Je remercie encore une fois Astrid et Erick que j’espère revoir, au Kenya, en France ou ailleurs...Que dire d’autre… beaucoup de choses… Mais je finirai par hakuna matata telle est la devise du Kenya!C’est ainsi que se termine mon passage à Muringa Farm, je pars donc, la tête remplie de souvenirs et le cœur plein d’émotions.Asante Sana.

Isabelle

Elodie, préparatrice en pharmacie, française, 24 ans:

Une expérience fabuleuse qui commença par la visite de l’orphelinat de Sheldrick avec les éléphanteaux à Nairobi et le centre des girafes, une journée parfaite qui annonçait bien la suite de mon séjour.

Sur place j’ai tout de suite été prise en charge par Erick et Astrid pour présenter les lieux (banda: petite maison typique, restaurant, ferme..) et le staff.Ensuite, chaque jour je passais beaucoup de temps avec les employés kenyans pour  toutes les diverses activités.  Observation des singes (blue monkeys et black and white colobus), des oiseaux, activités avec les chevaux, entretien du jardin, nettoyage des enclos des animaux de la ferme et bien sûr l’excursion à Nyahuru (chutes de Thomson, hippopotames..),visite de Subukia et rencontre de ses habitants et des enfants très amusés de rencontrer une personne blanche, visite à l’orphelinat et au camp de réfugiés où les rencontres sont très enrichissantes et amusantes.

Ici on peut se ressourcer, se détendre, apprendre beaucoup de choses au contact de la population locale, découvrir des modes de vies et des traditions tellement différents des nôtres et cela est très plaisant, ici les gens ont toujours le sourire, la bonne humeur quoi qu’il arrive et passer trois semaines dans ces conditions est une solution idéale pour repartir boosté en énergie et en bonheur.Avec les chevaux j’ai appris une approche différente de la relation humain-cheval avec Astrid davantage basée sur le respect et l’amour envers l’animal, je suis heureuse d’avoir découvert cette vision différente car je pense qu’elle correspond bien à mon sentiment envers les animaux : des êtres vivants sensibles et aimants (si on leur laisse l’occasion de s’exprimer) qui doivent, tout comme nous ne pas se sentir enchaînés pour nous laisser une chance de créer un lien unique avec eux.

J’ai également beaucoup apprécié le contact avec tous les animaux ici (chiens, chat, chevaux, ânes, moutons, vaches, oies…) et je ne me suis jamais sentie comme une étrangère du fait que le staff est toujours disponible pour expliquer quelque chose, partager un moment, rigoler, bref comme si on se connaissait bien avant et c’est génial !

Ce voyage était un projet de longue date qui me tenait vraiment à cœur et je suis très heureuse d’avoir choisi cette approche : en tant qu’éco-volontaire je cherchais réellement une implication dans la vie quotidienne pour vivre mon voyage de façon active et non passive, pour faire des rencontres authentiques et être en immersion.

LUNDI 16 MAI 2016

Végétariens, végétaliens, végans et crudivores: vous êtes les bienvenus à Muringa Farm!

Nous recevons à Muringa Farm de plus en plus d'éco-volontaires ayant adopté ces régimes alimentaires, ces modes de vie et de pensée signes de progrès de notre civilisation, qui va vers plus d'empathie et d'éthique envers les animaux, l'environnement et la planète entière...Nous nous en réjouissons !

Vous êtes donc tous les bienvenus, notre cuisinière Caroline se fera un plaisir de vous concocter des repas selon vos goûts. Par ailleurs nous sommes preneurs de nouvelles recettes végétariennes et végétaliennes, sous réserve de pouvoir trouver les ingrédients ici au Kenya ! Vous pourrez les enseigner à Caroline au cours de l'activité "cuisine"...

Bien entendu, nous accueillons aussi les carnivores, piscivores et omnivores (!) et qu'ils ne nous en veuillent pas si leur régime carné diminue un peu durant leur séjour à Muringa Farm (repas du midi végétarien et viande ou poisson 3-4 fois par semaine le soir)...

Merci à tous et à très bientôt au Kenya!


13 vues

  • Facebook Social Icône
  • Icône sociale YouTube

© 2020 by The Mountain Man. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now