Année 2013

Mis à jour : 29 avr. 2018

JEUDI 28 NOVEMBRE 2013

Commentaires et photos de nos éco-volontaires d'Octobre 2013: Léa, Vincent et Magali:

Léa, 25 ans, titulaire d'une licence en biologie et d'un master en environnement:

Jambo !! Karibu Muringa Farm !!Endroit magique…Du calme et de la douceur pour une coupure bien méritée ! Juste un pur bol de bonheur !!Réveillée le matin par les chants des oiseaux et endormie au son des étranges Pimbi !! Un vrai moment de reconnexion avec la Nature !

Je suis ravie de mon voyage et de mon séjour ici à Muringa farm. J’ai passé trois semaines extraordinaires ! Que de découvertes ! Les kenyans sont très accueillants et les enfants connaissent bien le fameux « How are You ? » (Plus ou moins bien prononcé !). Les paysages sont verdoyants et à couper le souffle.Cette expérience est difficile à décrire par les mots car il faut le vivre de l’intérieur, pleinement et à chaque instant…

Les activités d’éco-volontariat sont variées et très sympathiques. On apprend beaucoup de choses et les échanges sont riches. On a du temps pour soi et pour se faire plaisir (trekking, visites, cours, …). De plus, on peut aider le staff dans les tâches quotidiennes (aide à la ferme, aux animaux, jardinage…).

A Muringa, il y a bien sûr Erick et Astrid. Je les remercie de tout cœur pour tout cela. Sans eux rien n’aurait été possible ! Le staff est fabuleux ! J’ai trouvé ici une « petite famille kenyane » : Merci à tous ! : Benjamin pour ces bons fous rires ensemble et ses histoires, Edwin pour ses cours (Swahili, oiseaux, plantes…), Vincent pour ces belles promenades à cheval, Stephen pour ses bons petits plats, Samweal pour nous avoir accueillis chez lui, … et tous les autres !

Un grand merci aussi à tous les animaux qui m’ont accompagnée durant mon séjour (pour leur aide, leur joie, leur amour, et leurs connaissances).

J’ai pu retrouver une paix intérieure ici et j’y ai trouvé beaucoup de joie ! Une belle aventure ! Je n’oublierai pas… je pense revenir un de ces jours avec peut-être un ou des amis pour partager cette expérience avec eux. Car cela en vaut le coup !!

Asante Sana ! I will miss you !A bientôt ! Bises à tous ! Vous allez vraiment me manquer !!!! Léa


Vincent, 30 ans, ingénieur en informatique:

La propriété et ses alentours sont un cadre magnifique et totalement dépaysant. Le logement offert est d’une bonne qualité. Les bandas au milieu du grand pré vert sont toutes mignonnes. Tout le staff a été d’une extrême gentillesse. Je pense surtout à Edwin, Vincent, Benjamin et Joseph avec qui j’ai passé le plus de temps. Les repas préparés par Stephen et Caroline sont  variés et toujours très bons. L’accueil au restaurant est toujours très chaleureux !

Au niveau des programmes d’éco-volontariat, les activités proposées sont intéressantes mais se répètent assez vites. Les journées offrent finalement pas mal de temps libre entre chaque activité, ce qui est aussi un avantage agréable pour se reposer et profiter du calme du lieu.Les activités sont la meilleure façon d’avoir des intéractions avec les animaux. Sur les observations, mon meilleur souvenir restera la fois où avec Edwin, on a pu comptabiliser 43 Bleu Monkeys. A la ferme, Lolita la chèvre est toujours là pour jouer avec nous comme un chien le ferait. On lave les cages, les box des chevaux, les chiens, etc, tout ça au rythme local, le fameux « pole-pole ».

Bilan très positif, j’ai trouvé ici ce que j’étais venu chercher : le calme, la nature, les marches, le travail à la ferme, les animaux, les liens crées avec les Kenyans. Je vais repartir avec des images plein la tête, en espérant avoir pu donner, à mon tout petit niveau, mon aide au fonctionnement de Muringa Farm. Quelle fin émouvante !Merci à tous !

Magali, 51 ans, directrice de centre de profit:

Accueil chaleureux. On se sent tout de suite à l’aise. Cadre vraiment enchanteur. La présence des chevaux dans le pré autour des bandas est un plus. L’omniprésence des chiens et de Lolita en liberté également. C’est réjouissant et réconfortant d’autant qu’on arrive de la ville où la verdure et les animaux sont absents.Le staff est adorable et serviable.

Les travaux en tant qu’éco-volontaire sont intéressants mais demanderaient plus d’autonomie.Les recensements singes et oiseaux sont probablement un peu approximatifs du fait d’une méconnaissance des espèces et du manque d’habitude de repérage. La présence du guide est essentielle dans ce cadre. J’ai particulièrement apprécié les sorties hors de la ferme, permettant une approche différente et in situ de la vie kenyane (visite de Nyahururu, Subukia, etc).

De façon générale, le programme de travail est assez léger , ce qui laisse la place à une découverte de l’environnement par soi-même et des moments de repos appréciables.

Quelques photos prises lors des safaris à Nakuru et Maasai Mara :

MERCREDI 27 NOVEMBRE 2013

Impressions et photos de nos éco-volontaires de Septembre 2013: Matthieu, Alexandra, Marie et Gwenn:

Matthieu, 29 ans, ingénieur en travaux publics, et Alexandra, 31 ans, aide-soignante:

Très bon séjour à Muringa Farm. On a particulièrement apprécié le contact avec la population locale. Le staff était très accueillant, à notre écoute et très serviable.

On a aimé le contact avec les autres éco-volontaires et surtout le fait d’être dans un lieu atypique. Les activités, variées, en rapport avec la nature et la culture kenyane ont été enrichissantes. C’est incroyable de penser que plus de 150 espèces d’oiseaux et plus de 500 espèces de végétaux co-existent ici, sans compter les mammifères!

Le projet Human to Horse mis en place par Astrid (travail en liberté avec les chevaux, interaction spontanée, communication par les sens et le langage du corps) est très intéressant également.Merci à toute l’équipe pour ce séjour inoubliable.

ASANTE SANA !A bientôt… Alexandra et Matthieu

Marie, 20 ans, étudiante en sociologie, et Gwenn, 21 ans, étudiante en biologie:

Ce voyage fut une expérience extrêmement enrichissante, spécialement sur le plan humain. Au cœur d’un cadre idyllique (une petite ferme à quelques kilomètres d’un village de taille modeste), nous avons découvert la culture kenyane grâce à un super guide, et une équipe (constituée de locaux) très professionnelle (les cuisiniers nous gâtent à souhait), avec laquelle nous nous sommes entendus à ravir, très à l’écoute, ouverte, et prête à nous faire partager leur expérience à tout moment.

La méthode de travail en liberté avec les chevaux Human to Horse proposée par Astrid est très enrichissante spécialement pour les gens et chevaux qui ne sont pas à l’aise…

Les différents ateliers proposés (jardinage, cuisine, découverte des animaux, plantes locales…) sont très variés. La situation de la ferme, dans une vallée, permet également de faire de très belles randonnées, jusqu’à 2500 mètres d’altitude.L’immersion dans la culture kenyane est vraiment totale, au cœur d’une équipe géniale ! Marie

Un cadre exceptionnel et une formule qui nous a permis de rencontrer les Kenyans qui sont très gentils. Les employés en particulier ont été géniaux, répondant à toutes nos questions sur leur culture, sur le fonctionnement du Kenya et surtout très accueillants. On s’est également bien régalé au restaurant. Nous nous sommes très bien entendues avec toute l’équipe travaillant à Muringa Farm.

La technique pour travailler avec les chevaux en liberté m’a également beaucoup intéressée car c’est une approche alliant douceur et patience avec des chevaux pour la plupart craintifs. Gwenn

Quelques photos prises lors des safaris à Nakuru et Maasai Mara, autres moments forts des séjours d'éco-volontariat à Muringa Farm :

MARDI 1 OCTOBRE 2013

Commentaires et photos d'Agnès, Brian, Samuel, Anna, Claire, Hélène, Wafaa et Jamila, éco-volontaires à Muringa Farm en Août 2013:

Wafaa (26 ans, franco-marocaine, chef de projet marketing):

Décrire notre voyage en quelques lignes va être compliqué !En venant ici je recherchais dépaysement et sérénité.J’ai trouvé bien plus que cela, ce voyage fut un émerveillement jour après jour. Un domaine magnifique, de la vie derrière chaque brin d’herbe, de l’amour et du respect pour cette nature si riche.


Ce voyage est une leçon de courage et d’humilité : vous avez su donner vie à votre rêve, l’éden au Kenya . Ce pays est riche de par sa nature, ses hommes qui se contentent de ce qu’ils ont, c’est la vraie richesse. Je remercie toute cette merveilleuse équipe qui nous a dorloté, du cuisinier, aux équipes de la ferme, aux responsables de l’entretien des bandas et aux guides.

Vous avez su nous faire vivre une idylle dans un endroit paradisiaque, sans oublier le Masaai Mara qui m’a permis de réaliser mon rêve, celui de vivre aux côtés de cette vie sauvage si impénétrable.Continuez, et j’espère revenir faire découvrir à mon fils ce coin de paradis.

Wafaa.

Jamila (30 ans, franco-marocaine, chargée de clientèle dans une banque):

Pour notre premier voyage en tant qu’éco-volontaires, tout ce que nous pouvons vous dire dans un premier temps c’est que « nous espérons que cela ne soit pas le dernier » !En effet, l’éco-volontariat ou le tourisme utile est vraiment la découverte d’un pays et d’une communauté en étant responsable et en allant au contact de la population et des activités de tous les jours : contact avec des familles Kenyanes, l’entretien de la ferme, le contact avec les animaux…

Nous  n’avons  pas  le temps de nous ennuyer à Muringafarm : car même si nous avons du temps libre, il y a toujours à faire, comme rencontrer une équipe formidable : cuisinier Stephen (génial, pour être sincère, on s’attendait à ne manger que du riz….lol!),  des  guides  qui savent tout du lieu qu’ils occupent  (merci à Edwin, Tumaini, Korir, Rufus), à ceux qui nous ont accompagné pour l'entretien de la ferme et des animaux (Benjamin, Samweal, Vincent…) et bien entendu l’équipe de choc, car sans eux et leurs passions, il n’y aurait pas une équipe aussi soudée : Astrid et Erick.

Nous les remercions de nous avoir permis d’aller à la découverte de la population et surtout des orphelins et du camp de réfugiés qu’ils soutiennent.On peut voir sur de nombreux visages d’enfants la joie et le sourire qu’ils dégagent dès que l’on joue avec eux, qu’ils sont soutenus… continuez à les soutenir car les enfants sont l’avenir.Astrid et Erick, nous souhaitons vous remercier  d’avoir mis sur notre chemin Agnès, Brian, Anna, Samuel, Hélène et Claire  (les autres  éco-volontaires) car avec  toutes les activités, cela nous a permis de développer une relation d’amitié et d’envisager éventuellement  un prochain éco-volontariat avec cette même équipe.

En bref, cette action d’éco-volontariat nous a permis de nous enrichir culturellement, intellectuellement et de développer notre cercle d’amis. Nous ne vous souhaitons que de bonnes choses : une équipe toujours aussi enthousiaste, des éco-volontaires  toujours aussi passionnés et responsables, des clients aussi motivés et émerveillés, des chevaux aussi bien entretenus (nous espérons pouvoir un jour monter Aliocha… !) A bientôt pour de nouvelles aventures,  Inch Allah (si Dieu le veut) !

Jamila.

Claire (20 ans, française, étudiante en sciences de l'environnement) et Hélène (20 ans, française, étudiante en école d'ingénieur):

Ce premier voyage en Afrique nous a permis de réaliser à quel point nous pouvions avoir des idées reçues à propos de ce continent. Tout d’abord, nous ne pensions pas qu’en nous trouvant à l’équateur nous pourrions trouver des paysages aussi verts, les bottes si utiles et des enfants portant des cagoules. De plus, on a tendance à associer Afrique et faim, mais c’est loin d’être le cas à Muringa Farm, où le chef saura vous régaler et vous faire repartir avec quelques kilos en plus (et pas dans la valise).

Même les animaux ici sont surprenants : des singes, des chevaux qui lisent à nos côtés, une chèvre qui se prend pour un chien, et des damans qui nous réveillent au milieu de la nuit.En tant qu’éco-volontaires, nous ne croulons pas sous le travail mais toute personne motivée pourra se rendre utile à l’amélioration de la ferme. 

Ce type de séjour nous a aussi permis d’être en contact direct avec la population locale lors de nos visites au village pour la sensibilisation aux bons soins des ânes, au camp de réfugiés et à l’orphelinat de Subukia. On a ainsi pu découvrir un autre mode de vie et une autre culture, qui dépaysent totalement de la vie quotidienne européenne.

Nous n’oublierons pas les pancakes du matin, les missions « observation de singes et d’oiseaux », les lessives de chaussettes, notre périple en « boda-boda » et nos randonnées dans la boue. On remercie tout le staff et notamment Erick et Astrid de nous avoir accueillis ; quant à nous, notre séjour se finira en beauté au Masai Mara.  Asante sana !

Claire et Hélène.